Mission B

Info Flora et Mission B

Mission B, mais qu’est-ce donc ?

Au printemps 2019, la Radio Télévision Suisse lance l’opération « Mission B – ensemble, fleurissons la Suisse ». Pendant une année et demie, la RTS va présenter des projets qui visent à favoriser la diversité dans la nature. Le but de l’action est de mettre à disposition de la biodiversité – et bien sûr aussi des plantes - une surface la plus grande possible.

Quel rapport avec Info Flora ?

Une des tâches principales d’Info Flora est la protection et la promotion des espèces indigènes. Comme les plantes jouent un rôle central dans l’action de la Radio Télévision Suisse, Info Flora a été impliqué dès le début à cette action.

Pourquoi soutenir la Mission B ?

L’appauvrissement silencieux de la végétation naturelle et l’extinction des espèces sont des problèmes immenses contre lesquels il faut lutter avec tous les moyens disponibles. Info Flora soutient tous les projets qui visent à sauvegarder la biodiversité et notamment la diversité des plantes.

Pourquoi différencier les régions ?

Une revendication centrale d’Info Flora est de ne pas promouvoir les espèces au hasard, mais les bonnes espèces aux bons endroits. Dans un pays aussi richement structuré qu’est la Suisse, il est important de ne pas seulement conserver la richesse en espèces, mais également la diversité génétique, la devise à respecter étant «de la région pour la région ».  Dès que Info Flora a eu connaissance de la Mission B, nous avons insisté de ne pas seulement promouvoir la diversité en espèces, mais de choisir les bonnes espèces aux bons endroits et avec une origine cohérente, c’est-à-dire: pas d’espèces du Tessin sur le Plateau suisse ni d’espèces de Schaffhouse dans le Bas-Valais. 


Que signifie au bon endroit? Comment savoir ce qui est juste ou pas ?

Une espèce est au bon endroit là où elle se trouve naturellement dans la nature. Ainsi, la knautie des champs est chez elle un peu partout en basse altitude. Par contre, une espèce très localisée en Suisse (p.ex. la knautie des chênaies) ou qui pousse naturellement en montagne est moins adéquate.

     


carte de répartition knautie des champs                                           carte de répartition knautie des chênaies 

Plus concrètement: j’habite le quartier des Charmettes à Neuchâtel et j’aimerais mettre à disposition 5 m2 de mon jardin pour la Mission B. Que devrais-je semer ?

Dans ce cas, un pré fleuri est une bonne solution. Il est important que j'utilise des semences provenant de ma région parce qu'elles sont écologiquement bien adaptées et qu'elles fournissent une nourriture adaptée aux insectes locaux. Pour plus d’informations et une liste de producteurs de semences consultez : www.regioflora.ch

Et si je n'ai qu'une jardinière sur mon balcon à Genève-Carouge ?

Si je n'ai que peu de place, je dois réfléchir à qui mon balcon est le plus utile. Par exemple, pour promouvoir les papillons, je peux m'inspirer sur www.lepido.ch

Si je plante plusieurs espèces d’ombellifères (espèces naturelles, p.ex. de chez Biosem à Neuchâtel, Zollinger dans le Bas-Valais) dans ma jardinière, non seulement elle sera très belle mais aussi plus précieuse pour les insectes qu'un bac de géraniums.

Que semer ou planter pour contribuer à la Mission B ?

Chaque mètre carré de flore indigène en plus est un gain pour la nature (et je peux l'enregistrer auprès de la Mission B !). Cependant, plus mon jardin va être naturel, plus il est important que les plantes aient une origine régionale. Dans la nature, il est interdit par la loi de planter des espèces exotiques qui ne font pas partie de la flore locale. La meilleure chose que je puisse faire, est donc de semer un mélange riche en espèces de ma région ou de planter des espèces régionales. Idéalement, elles doivent provenir d'un producteur attentif aux origines régionales (prêtez attention au label "Floretia" !).

 

 

La prudence est de mise avec les espèces rares !

Lorsqu’on a envie d’agir en faveur de la flore indigène, on est probablement tenté de cultiver une espèce particulièrement rare. Il est cependant important de résister à cette tentation car les raisons pour lesquelles une espèce est rare sont multiples et leur est souvent complexe et peu étudiée. Si vous cultivez une espèce rare dans votre jardin, ce n'est généralement pas une mauvaise idée, mais il est très peu probable que cela profite à long terme à ses populations. Et il est primordial d'éviter cette situation sur un site naturel, à moins qu'il ne s'agisse d'une action accompagnée d'experts et approuvée par les autorités cantonales. Si on s'y prend mal, on risque de faire plus de mal que de bien. Si des espèces rares sont disséminées sans contacter les autorités, celles-ci risquent de s’alarmer de la présence d’une espèce rare qui aurait poussé spontanément – alors que ce n’est pas le cas. Ce serait contre-productif que de tels cas soient signalés et que les autorités de protection de la nature prennent des mesures. Des ressources qui font défaut ailleurs seraient mobilisées – ce qui serait très dommage !

Où puis-je obtenir des graines/plantes qui conviennent à cette action ?

Sur les cartes de répartition d'Info Flora, je peux voir si une espèce est indigène dans ma région. De nombreuses pépinières se spécialisent dans les espèces indigènes. Il vaut la peine de demander au producteur si les plantes qu’il produit proviennent de la région. Le nouveau label de qualité "Floretia" facilite la sélection.

La meilleure action reste toutefois de récolter des graines dans sa région (il ne faut pas oublier de demander au propriétaire si les graines peuvent être récoltées et il ne faut jamais le faire dans les réserves naturelles) ainsi les plantes proviennent de sa propre production.

Que puis-je faire d'autre si je veux m'engager pour la flore indigène

Protéger la flore indigène, c'est aussi connaître la répartition actuelle des espèces. C'est pourquoi, de nombreux bénévoles dans toute la Suisse contribuent à actualiser l’inventaire de la flore. Les espèces pour lesquelles nous avons un urgent besoin de confirmer la répartition des populations sont recherchées à l'aide des "Missions Flora". Ces missions sont une belle occasion de s’engager pour la flore indigène et pour la biodiversité. Pour plus de détails :

https://www.infoflora.ch/fr/participer/mission/

Où trouver plus d'informations pratiques sur le sujet ?

www.regioflora.ch
www.pronatura.ch/fr/papillons-dans-votre-jardin