Fermer
< Retour

Néophytes envahissantes

Introduction et définitions

Trachycarpus_fortunei_2018_C_Brigitte_Marazzi

Introduction

Les plantes exotiques envahissantes contribuent au déclin de la biodiversité mondiale. C'est pourquoi ce sujet est abordé dans le monde entier - et aussi en Suisse.

Ce sont des plantes non-indigènes (provenant en général d'un autre continent), introduites intentionnellement ou non, qui réussissent à s’établir dans la nature, à se multiplier et à se répandre massivement aux dépens des espèces indigènes.

L’article 8h) de la Convention sur la Diversité Biologique préconise donc la prévention face à de nouvelles introductions et le contrôle ou l'éradication des espèces envahissantes déjà établies. De nombreuses organisations internationales, tout comme une grande partie des pays européens, se préoccupent du sujet. Ce sujet ne concerne que les espèces exotiques introduites dans les derniers siècles, prenant par convention le 1492 (découverte de l'Amérique) comme date de référence. En Europe, ces espèces sont appelées néophytes ou néophytes envahissantes (voir 'Définitions').

En Suisse, les néophytes envahissantes se sont également révélées un réel danger pour la diversité biologique, c'est pourquoi les activités concernant ces espèces, comme l'information et la sensibilisation, l'endiguement et la lutte se multiplient. Avec l'Ordonnance sur la dissémination dans l'environnement (ODE, en vigueur depuis octobre 2008), la Suisse entend protéger l'homme et l'environnement des atteintes nuisibles qui résultent de l'utilisation des organismes exotiques.

Quelques chiffres pour la Suisse (statut décembre 2021, OFEV 2022) :

 Lonicera_japonica_2021_C_Brigitte_Marazzi

Les principales définitions

  • Espèces exotiques et indigènes
    Selon la Stratégie nationale (OFEV 2016), les espèces "exotiques" sont définies comme des espèces transférées par l'activité humaine dans des habitats situés en dehors de leur aire de répartition naturelle dans laquelle elle est indigène ou autochtone. Une espèce exotique est également appelée allochtone. Dans notre cas, le cadre de référence géographique est constitué par les frontières nationales.
  • Néophyte et archéophyte
    Une espèce néophyte est une espèce exotique introduite après 1500 (découverte de l'Amérique), capable de se reproduire et de persister dans la nature sans l'aide de l'homme. Un archéophyte est une espèce exotique qui était déjà présente avant 1500 (par exemple, introduite à l'époque des Romains), capable de se reproduire et de persister dans la nature sans l'aide de l'homme. 
  • Néophyte envahissante
    Une néophyte est dite envahissante lorsqu'elle est capable de s'étendre rapidement au détriment de la biodiversité indigène. Le caractère invasif résulte de la combinaison de la forte expansion associée aux dommages qu'elle cause. Une évaluation complète du caractère envahissant ne prend pas seulement en compte les dommages causés à la biodiversité indigène, mais aussi à la santé humaine et animale, et les dommages économiques (par exemple, les dommages causés aux infrastructures, à l'agriculture, etc.). Voir l'évaluation du potentiel invasif.

    En Suisse, il existe des définitions ancrées dans des bases légales : en particulier, l'Ordonnance fédérale sur la dissémination volontaire dans l'environnement, ODE, définit les organismes exotiques envahissants comme " les organismes exotiques dont on sait ou on doit supposer qu’ils pourraient se propager en Suisse et atteindre ainsi une densité de peuplement qui pourrait porter atteinte à la diversité biologique et à l’utilisation durable de ses éléments ou mettre en danger l’être humain, les animaux ou l’environnement" (art. 3, al. 1h). 

 Reynoutria_japonica_aggr_Brigitte_Marazzi

Stratégie Néobiota Suisse

La Stratégie de la Suisse relative aux espèces exotiques envahissantes (OFEV 2016) décrit et concrétise les réglementations nationales et les obligations internationales relatives aux espèces exotiques envahissantes et définit les mesures nécessaires. Elle donne aussi une vue d'ensemble détaillé des traités internationaux, des lois et des ordonnances fédérales qui réglementent directement ou indirectement le traitement des espèces exotiques envahissantes de tous les groupes d'organismes.

 

Cadre légal en Suisse

Résumé du cadre légal relatif aux néophytes envahissantes

 

Ordonnance sur la dissémination des organismes, ODE, Art. 1, 2, 3, 4 (Autocontrôle), 5 (Information de l'acquéreuer), 6 (Diligence), 15 a-f, 16, 49, 51 (Monitoring), Annexe 2 (Liste des organismes exotiques envahissants interdits).

L'ordonnance sur la dissémination dans l'environnement (ODE, en vigueur depuis octobre 2008, révisé en 2020) définit les organismes exotiques et règle l'utilisation des organismes exotiques dans l'environnement. Les dispositions générales sont la protection de l'être humain, des animaux, de l'environnement et la préservation de la diversité biologique. Le devoir de diligence lors de l'utilisation d'organismes, l'autocontrôle et l'obligation d'informer l'acquéreur ont été élargis. 

Les organismes exotiques envahissants y sont définis. Chaque espèce dont on connaît le potentiel de causer des dommages ou d'être envahissant tombe sous le devoir de diligence, d'autocontrôle et d'information de l'acquéreur. Ainsi, toutes les espèces de la Liste Noire et de la Watch-List sont donc concernées par l'ODE, leur utilisation et leur mise en circulation doit se faire de manière à ne pas engendrer de dommages. La Recommandation du Cercle Exotique (ex-AGIN) sert de référence: elle "indique pour quelles plantes, selon le Cercle Exotique, il est difficile de parvenir à la conclusion fondée qu’il ne faut pas s’attendre à des dangers ou des atteintes, même en admettant que l’utilisateur respecte les prescriptions et indications."

L'ordonnance prévoit également l'interdiction de toute utilisation directe dans l'environnement de certains organismes exotiques qui, en plus de leur forte capacité de se disséminer, provoquent d'autres dommages (sur la santé, sur l'économie, etc.). Voir la Liste des organismes exotiques envahissants interdits, annexe 2 de l'ODE. Notamment, les espèces de l'annexe 2 ne peuvent pas être vendues en Suisse, mais d'autres plantes exotiques envahissantes peuvent encore être vendues. Toutefois, un renforcement de la base juridique est actuellement en cours (révision de la loi sur la protection de l'environnement).

 

Loi fédérale sur la protection de l'environnement, LPE, Art. 1 et 29a. Cette loi stipule que quiconque utilise des organismes doit veiller à ce que ces organismes ne puissent pas constituer de menace pour l'homme ni pour l'environnement et ne portent pas atteinte à la diversité biologique. Une révision de la LPE est actuellement en cours.

Ordonnance sur le Livre des aliments pour animaux, OLALA, annexe 10 (les graines d'Ambroisie spp. sont indésirables et peuvent être contrôlées dans les mélanges de graines pour animaux).

Ordonnance sur la protection des végétaux contre les organismes nuisibles particulièrement dangereux, OSaVé, Art. 18 (Surveillance de la situation phytosanitaire), 104 (Services cantonaux), 110 (Dispositions transitoires). Pour Ambrosia artemisiifolia, une mauvaise herbe particulièrement dangereuse, il y a l'obligation d'annoncer les stations et de lutter contre. La lutte reste valable jusqu'au 31 décembre 2023 (disposition transitoire).

Ordonnance sur la réduction des risques liés à l'utilisation de substances, de préparations et d'objets particulièrement dangereux, ORRChim, annexe 2.5 (Interdictions et restrictions). Cette ordonnance définit les endroits où il est interdit d'employer des produits phytosanitaires (p. ex. dans les forêts, sur et le long des routes, les chemins, etc.).

 

Cadre légale au niveau européen

Liste de l'Union 

Règlement EU

Art. 4 - Liste des espèces exotiques envahissantes préoccupantes pour l'Union.
6. [...] La liste de l'Union comprend en priorité les espèces exotiques envahissantes qui:

a) ne sont pas encore présentes dans l'Union ou dont l'invasion débute et qui sont les plus susceptibles d'avoir des effets néfastes importants;

b) sont déjà présentes dans l'Union et ont les effets néfastes les plus importants.

Liste de l’Union des espèces envahissantes (15/08/2019)

 

Gestion : lutte et suivi

Solidago_canadensis_aggr_(B)_Brigitte_Marazzi

La gestion des néophytes envahissantes et les mesures de lutte associées servent à prévenir, contenir ou éliminer les impacts négatifs (dommages) des espèces évaluées comme envahissantes ou potentiellement envahissantes. Bien que l'élimination complète d'une espèce (éradication) ne soit pas toujours possible, il est indispensable de prévenir et d'éviter toute nouvelle propagation pour limiter l'étendue des dégâts.

Le plus tôt sera le mieux! Plus on tarde à prendre des mesures, plus la lutte sera coûteuse et longue (Fig.1).

Chaque mesure de gestion et de contrôle a son propre objectif (éradication, stabilisation/limitation ou déclin, surveillance), qui doit être défini en tenant compte des intérêts des propriétaires fonciers et de l'impact sur la biodiversité et l'environnement en général. Les recommandations générales concernant les mesures de contrôle sont rassemblées dans les fiches d’information d'Info Flora des espèces invasives.

La Stratégie nationale relative aux espèces exotiques envahissantes (OFEV 2016) décrit le cadre général de gestion et les mesures de lutte à prendre.

  • Le moment, l'espace et les méthodes de la lutte contre les espèces exotiques envahissantes doivent être choisis en fonction des caractéristiques spécifiques de l'espèce.
  • La définition de l'objectif de lutte dépend de la disponibilité et du mode d'action des mesures ainsi que du stade de propagation de l'espèce.
  • Les effets sur les organismes non ciblés et l'environnement, la possibilité de réémergence et de réintroduction après la mise en œuvre des mesures ainsi que les éventuels changements locaux doivent également être pris en compte.
  • Les mesures contre la propagation des espèces exotiques envahissantes génèrent des coûts, mais les dommages potentiels causés par ces espèces peuvent largement les surpasser.

Fig. 1. Les étapes de la dynamique d'invasion par rapport aux mesures de gestion et de contrôle et leurs coûts respectifs (tirés de Gigon & Weber E. 2005: Invasive Neophyten in der Schweiz: Lagebericht und Handlungsbedarf. Rapport de la SKEW/CPS à l’attention de l’UFAFP, page 19).

Mise en œuvre des mesures de lutte selon la stratégie:

  • La Confédération, les Cantons, les Communes ainsi que les propriétaires fonciers et les exploitants mènent de manière autonome des campagnes de lutte conformément aux dispositions légales et aux objectifs fixés. Pour ce faire, ils se fondent sur les recommandations générales reposant sur des études scientifiques.
  • Les recommandations générales pour les néophytes envahissantes sont rassemblées dans les fiches Info Flora des espèces. Divers Cantons et Communes proposent des fiches pratiques.
  • Les services cantonaux spécialisés veillent à la réalisation des mesures de lutte contre les espèces exotiques envahissantes.

 

La gestion et la mise en œuvre des méthodes de contrôle comportent différents aspects à prendre en compte qui peuvent varier d'une espèce à l'autre (voir les fiches des espèces envahissantes). Ce qui suit est un résumé général:

Précautions à prendre
Avant toute intervention, informez-vous des risques éventuels pour votre santé (pollen allergène, poils urticants, sève toxique, etc.), protégez-vous de manière adéquate (gants, lunettes de protection et masque respiratoire) ou envisagez de renoncer à l'intervention si vous êtes sujet aux allergies.

Mesures préventives
Ces mesures s'appliquent notamment aux espèces envahissantes appréciées comme plantes ornementales par les particuliers et les jardiniers, c’est-à-dire des plants (ou des populations) contre lesquels aucune lutte n'est entreprise. Il est alors recommandé de couper les inflorescences avant la fructification (!), d'éviter la multiplication végétative incontrôlée, de transporter et d'éliminer correctement les déchets végétaux.

Méthodes de lutte
Le choix d'une méthode de lutte dépend de la base juridique (lutte chimique ou mécanique), de l’efficacité requise (à plus ou moins court terme), de la faisabilité (superficie et densité de la population, accès), des ressources financières (financement, équipement) et du temps disponible (saison, possibilité de répéter l'intervention). Les méthodes de lutte sont décrites dans les fiches d'information sur les espèces envahissantes.

Contrôles
Toute méthode de lutte doit inclure une période de contrôle des repousses, des drageons (reproduction végétative) et/ou de l'apparition de nouvelles plantules issues de la banque de graines générée par l'espèce (reproduction sexuée). Comme la banque de graines de certaines espèces peut persister pendant plusieurs années dans le sol, un contrôle prolongé sur plusieurs années est indispensable, sous peine de recommencer à zéro.

Gestion intégrée
Dans certains cas, il est intéressant de privilégier une stratégie de gestion intégrée, où le verdissement et la croissance de plantes bienvenues sont encouragés dans les zones traitées. Cela évite de laisser un sol nu qui serait facilement colonisé par l'espèce indésirable (banque de graines dans le sol) et/ou par des graines d'autres espèces invasives.

Élimination du matériel végétal
Une élimination correcte des déchets végétaux doit être prévue lors de chaque intervention de lutte. En général, seules les parties de plantes qui ne sont pas en mesure de se reproduire (ni sexuellement, ni végétativement) peuvent être compostées dans le jardin ! Les déchets reproductibles (inflorescences, fruits, tiges et racines) doivent être éliminés dans des installations professionnelles de compostage et de fermentation ou dans des usines d'incinération de déchets (EN AUCUN CAS dans le compost du jardin). Aucun risque de disperser des déchets reproductibles ne doit être pris à aucun moment (durant le transport, le stockage et l'élimination). Rappelons que le déversement et le dépôt de déchets de jardins dans des endroits non contrôlés (par exemple, en forêt) sont illégaux.

Annonces de mesures de lutte
Info Flora met gratuitement à disposition les outils InvasivApp et le Carnet néophytes envahissantes pour signaler les néophytes envahissantes et potentiellement envahissantes, pour enregistrer les interventions de lutte et de surveillance ainsi que pour visualiser les données enregistrées. Dans la rubrique « Bilan », dédiée à la lutte et à la surveillance, l'évolution d’une population peut être suivie. Cela implique que l'éradication d’une population doit être également indiquée, par exemple, lorsque plus aucun individu n'apparaît lors des contrôles et que l'intervention peut être considérée comme terminée. Sans cette dernière information, la lutte continuera à apparaître dans la base de données et dans le Carnet néophytes envahissantes comme si elle était en cours et inachevée.   

Surveillance/contrôle
Surveiller ou faire un suivi de la zone où une intervention de lutte est considérée comme terminée est essentiel pour identifier au plus tôt d’éventuelles nouvelles colonies de néophytes invasives. Des mesures complémentaires peuvent ainsi être prises le plus rapidement possible pour empêcher leur propagation tout en maintenant des faibles coûts de gestion.

 

Chacun d'entre nous peut faire quelque chose! Plus le nombre d'acteurs impliqués dans une lutte coordonnée est grand, plus les actions individuelles sont efficaces et meilleurs sont les résultats (avec, en conséquence, une réduction des coûts de lutte).

Nous énumérons ci-dessous quelques recommandations (N.B.: la liste ne prétend pas être exhaustive et les recommandations n'ont aucune valeur juridique).

Contexte
La condition préalable à toute action individuelle est d'avoir une connaissance de base du sujet. Comprendre sa complexité permet d'aborder le sujet en étant conscient des chances de réussite, réduisant les risques de frustration.
Parmi les bases, il serait par exemple souhaitable de connaître la signification de néophyte, la différence entre néophyte et néophyte envahissante, d'avoir une idée des principales bases légales et de savoir où consulter les listes actuelles des néophytes envahissantes en Suisse, les informations les concernant et les contacts utiles.
Pour approfondir vos connaissances sur le sujet, des cours ou des séances d’information sont proposés. Info Flora organise chaque année un cours de formation de base pour apprendre à reconnaître les principales espèces invasives et savoir comment les gérer (voir cours de formation d’Info Flora). Les Cantons, les Communes et d’autres organisations publiques ou privées proposent également des cours et des séances d'information sur les néophytes envahissantes.

Participation à des actions et projets de lutte contre les néophytes envahissantes
Il vaut la peine de se renseigner auprès de sa Commune et/ou de son Canton et auprès d’associations locales et/ou d’associations nature/environnement de l'existence d'actions et de projets destinés à la population pour lutter contre les néophytes envahissantes. Un exemple est la ville de Berne et son système de bénévolat pour cette lutte, ou l'Association pour la Sauvegarde du Léman ASL et son action Halte aux renouées.
Voir notre page de contacts utiles.

 

Jardins privés (propriété privée)
Chaque citoyen peut prendre des mesures de lutte dans son propre jardin, conformément aux dispositions et objectifs légaux. Veuillez noter que la "règle de bon voisinage", article 687 du Code civil suisse, s'applique également.

Recommandations générales*:

  • Consulter la brochure d'information sur la vente de néophytes envahissantes du Cercle Exotique avant (!) tout achat et/ou plantation ; certaines espèces sont interdites en Suisse !
  • Renoncer volontairement à l'achat et à la plantation d'espèces invasives et demander à votre jardinier ou à votre architecte paysagiste de respecter votre décision. La préférence doit être donnée à l'achat et à la plantation d'espèces indigènes, qui sont idéales pour la faune locale (insectes, oiseaux, mammifères, etc.).
  • Prendre des mesures préventives dans le cas des plantes ornementales: couper les inflorescences avant la fructification (!), éviter la multiplication végétative incontrôlée, transporter et éliminer correctement les déchets végétaux.
  • Adapter les pratiques de gestion actuelles afin d'éviter de créer des conditions favorables à l'établissement d'espèces néophytes envahissantes. Par exemple, éviter de tondre les pelouses fleuries jusqu'au sol (surtout jamais en période sèche!), mais rester de préférence à une hauteur d'au moins 10 cm afin que le sol soit ombragé et que les espèces de graminées ne meurent pas " brûlées " par le stress hydrique, laissant des espaces vides et lumineux favorables à l'implantation de néophytes envahissantes.
  • Se renseigner auprès de la Commune et/ou du Canton sur les actions ou les projets de lutte contre les néophytes envahissantes qui sont organisés dans votre Commune et/ou pour recevoir des fiches pratiques et d'autres informations.
  • Impliquer et collaborer avec les propriétaires voisins de manière constructive et positive pour augmenter la valeur des initiatives individuelles contre les espèces néophytes envahissantes, en agissant comme un stimulateur.
  • Pour plus d'informations, veuillez consulter les fiches d’information d’Info Flora ou les fiches pratiques fournies par votre Commune/Canton.

 

Espaces verts publics (Communes, Cantons, collectivités publiques, etc.)
Selon la Stratégie nationale relative aux espèces exotiques envahissantes (OFEV 2016), les Cantons et les Communes prennent leurs propres mesures de lutte contre les espèces exotiques envahissantes conformément aux dispositions et aux objectifs légaux, et les services spécialisés cantonaux ordonnent la mise en œuvre des mesures de lutte.

Recommandations générales*:

  • Consulter les services spécialisés cantonaux et/ou le Cercle Exotique pour coordonner les efforts de gestion et de lutte dans les espaces verts publics; de nombreux Cantons ont des stratégies cantonales pour les espèces exotiques envahissantes. De plus, il est possible d’élaborer un «plan de gestion des néophytes envahissantes» communal.
  • Montrer l'exemple en vous abstenant d'acheter et de planter des espèces exotiques envahissantes et en informant les services cantonaux/municipaux en charge des parcs et jardins publics de votre décision. Choisir des espèces indigènes, idéales pour la faune locale (insectes, oiseaux, mammifères, etc.).
  • Prendre des mesures préventives sur les néophytes envahissantes ornementales: couper les inflorescences avant la fructification (!), éviter la propagation végétative incontrôlée, transporter et éliminer correctement les déchets végétaux. Remplacer les plants d'espèces exotiques envahissantes interdites. Pour les espèces non interdites, il n'est pas nécessaire de remplacer les plants si des mesures préventives sont prises.
  • Adapter les pratiques de gestion actuelles pour éviter de créer des conditions favorables à l'établissement d'espèces exotiques invasives. Par exemple, éviter de couper les zones herbeuses et les bas-côtés des routes jusqu'au sol (surtout ne le faites jamais en période sèche!), mais rester au moins à 10 cm de hauteur afin que le sol reste ombragé et que les espèces herbeuses ne meurent pas "brûlées" (stress hydrique) en laissant des espaces vides et lumineux favorables à l'établissement de néophytes invasives.
  • Impliquer et coopérer avec les municipalités voisines de manière constructive et positive pour augmenter la valeur des initiatives individuelles contre les néophytes envahissantes et agir ainsi comme un stimulateur.

Pour plus d'informations, veuillez consulter les fiches d’information d’Info Flora ou les fiches pratiques fournies par votre Commune/Canton.

 

En agriculture
La problématique des espèces néophytes envahissantes et potentiellement envahissantes concerne  le secteur agricole (de la compétence de l'Office fédéral de l'agriculture, OFAG), notamment dans le cas des paiements directs (voir Ordonnance sur les paiements directs 2021).
En général, les mêmes principes et recommandations que ceux présentés ci-dessus s'appliquent.
Pour plus d'informations sur les néophytes envahissantes dans l'agriculture, nous vous recommandons de contacter les services phytosanitaires cantonaux et/ou les services cantonaux spécialisés dans les espèces exotiques envahissantes (voir notre page de contacts utiles).
Vous trouverez des informations sur la lutte contre les néophytes envahissantes dans les fiches d’information d’Info Flora ainsi que dans les fiches pratiques fournies par le service spécialisé de votre canton.

* La liste des recommandations ne prétend pas être exhaustive et les recommandations n'ont aucune valeur juridique.

Évaluation du potentiel envahissant

Pueraria lobata (C) Brigitte Marazzi

Pourquoi évaluer le potentiel invasif

Il est primordial d'identifier quelles sont réellement les espèces néophytes envahissantes afin d'éviter les dommages qu'elles peuvent causer. En effet, la grande majorité des espèces exotiques qui s'installent et se développent dans notre flore s'intègrent aux écosystèmes et il n'est pas forcément nécessaire d'intervenir par une stratégie de contrôle.

L'évaluation du caractère envahissant sert de base pour établir des listes d'espèces envahissantes et potentiellement envahissantes et pour décider de l'opportunité et de la manière d'intervenir, c'est-à-dire pour établir des priorités dans la gestion de ces espèces.

Lors des évaluations, beaucoup plus d'espèces (et de plus en plus) sont prises en compte par rapport à celles qui sont effectivement évaluées comme "envahissantes" ou "potentiellement envahissantes". En 2013, sur les 85 espèces analysées dont on savait ou soupçonnait qu'elles avaient un comportement invasif, seulement 57 figuraient sur les listes d'Info Flora (2014 ; Liste noire et Watch List). Les nouvelles listes comprennent aujourd’hui un total de 100 espèces (en décembre 2021), mais plus de 140 espèces "candidates" ont été prises en compte.

 

Évaluation de l’invasivité

Le système d'évaluation du potentiel invasif est basé sur l'évaluation combinée du potentiel d'expansion et du potentiel de dommages (impact négatif). Il s'agit essentiellement d'évaluer le risque de dommages causés par une espèce néophyte. Cette procédure est connue au niveau international aussi sous le nom d’ « évaluation du risque » (risk assessment).

En Suisse, l'évaluation du caractère envahissant se base essentiellement sur le catalogue de critères, avec un ensemble de questions sur l'établissement, la propagation et les dommages des espèces évaluées. Les experts du groupe de travail Néophytes envahissantes d'Info Flora doivent les évaluer en les pointant sur la base des informations de la littérature scientifique et des expériences documentées des botanistes de terrain. L'incertitude liée au manque d'informations ou aux résultats contradictoires est également prise en compte. Le groupe utilise une application en ligne qui centralise la littérature et ses évaluations (voir en bas, Groupe de travail Neophytes envahissantes).

Les critères du potentiel d'expansion comprennent les caractéristiques de la reproduction sexuée et végétative de l'espèce, les modes de dispersion des semences et/ou organes végétatifs reproductifs, les voies de propagation naturelles ou par l'homme, et la propagation observée ou potentielle en Suisse.

Les critères du potentiel de dommages évaluent les impacts négatifs sur la biodiversité indigène, tant au niveau des espèces que des communautés, sur la santé humaine et animale, sur les infrastructures et les activités économiques humaines, qui se traduisent par une augmentation des coûts de gestion et une perte de revenus. 

Un article scientifique expliquant le système d'évaluation suivi pour les listes actuelles de néophytes envahissantes et potentiellement envahissantes en Suisse (état 2021) est en cours de rédaction.

 

Groupe de travail Néophytes envahissantes d'Info Flora

En 2001, sur mandat du gouvernement fédéral, un groupe d'experts et de botanistes de terrain a défini la première liste de néophytes envahissantes en Suisse. En 2005, la CPS (Commission suisse pour les plantes sauvages) a créé un "Groupe de travail suisse sur les néophytes envahissantes". Ce groupe a développé une clé de classification qui permet de décider si une espèce doit être ajoutée ou non à l'une des deux listes (Weber et al., Botanica Helvetica 115).

En 2013, un groupe d'experts a élaboré un catalogue de critères pour l’évaluation de néophytes envahissantes basé sur la clé de classification et les faits concrets (données de terrain et littérature). Info Flora a réuni à plusieurs reprises un petit groupe d'experts composé de Serge Buholzer (Agroscope et membre de l'EPPO Panel on invasive alien plant), Michael Nobis (WSL), Nicola Schoenenberger (alors Musée cantonal d'histoire naturelle, Lugano, maintenant Directeur du Conservatoire et Jardin Botanique de Genève), Sibyl Rometsch (alors Info Flora, maintenant à la retraite) et Gian-Reto Walther (OFEV). Ce catalogue a permis d'évaluer les néophytes qui ont ensuite été inclues dans la Liste Noire et la Watch List d'Info Flora 2014.

En 2020, un nouveau groupe d'experts, composé de quelques membres historiques (Serge Buholzer, Michael Nobis, Nicola Schoenenberger et Sibyl Rometsch) et de nouveaux membres (Andrea de Micheli, Antoine Jousson, Brigitte Marazzi et Lisanna Smith), a utilisé le catalogue de critères et a affiné le protocole en introduisant l'utilisation d'une application en ligne développée par Michael Nobis qui a centralisé la littérature et illustré les résultats des évaluations des experts dans des graphiques. Cette application a également permis d'inclure la classification d'impact selon la méthode internationale (S)EICAT. Cela a permis d'une part d'évaluer le risque d'invasion pour la Suisse et d'autre part, sur mandat de l'OFEV, de procéder à l'évaluation selon (S)EICAT pour la Suisse. 

Depuis 2023, le groupe d'experts est officiellement reconnu comme Groupe de travail Neophytes envahissantes de la Commission scientifique Info Flora.

Prévention et détection précoce

Actinidia chinensis (C) Brigitte Marazzi

Venue pour rester - Nouvelles espèces exotiques dans la nature

(Voir l’article en FloraCH 2020)

Chaque année, de nouvelles espèces exotiques s'ajoutent à notre flore. Toutes ne se comportent pas de manière invasive. Loin de là. Pour évaluer correctement leur comportement dans leur nouvel environnement, il est utile de documenter ces découvertes, surtout si elles ne se trouventpas à proximité de jardins mais en pleine nature.

Pour détecter des nouvelles espèces, il faut un œil attentif et un esprit scientifique. En effet, il peut nous arriver à tous de rencontrer une plante inconnue qui ne se laisse pas identifier même en utilisant les clés de détermination les plus récentes.

Un premier candidat possible peut éventuellement être trouvé grâce aux flores des pays voisins ou à l’aide d’internet. Et si le nom de cette espèce ne figure pas encore sur le site web d'Info Flora? Il s’agirait donc peut-être d'une nouvelle espèce pour la Suisse qu’il faudrait documenter. 

  • Que faut-il faire en cas de découverte?
    Si vous vous trouvez dans cette situation, veuillez nous signaler votre découverte, par exemple via le Carnet en ligne, sans oublier d’ajouter :
    1. l’abondance (p.ex. le nombre d’individus)
    2. l’origine de la population (p. ex. subspontanée, échappée de jardin)
    3. plusieurs photos de la plante, de la population et de son environnement
    4. vos remarques (p. ex., si vous pensez que les individus proviennent de dépôts sauvages de déchets de jardin) et
    5. un échantillon d’herbier que vous pouvez nous envoyer par la poste.

-> Lignes directrices: échantillonner une nouvelle espèce exotique


Documenter le comportement d’une néophytes (pour spécialistes)

[EN PEPARATION]

 

Rôle de Info Flora 

Que se passe-t-il après le signalement d'une nouvelle espèce exotique ? Cette vidéo de 2021 vous explique comment se déroule la procédure chez Info Flora, à partir du moment où les nouvelles espèces exotiques sont signalées jusqu'à leur inscription sur les listes.

-> Présentation (video, 2021): De l'arrivée à l'information (7 min.) - en allemand avec des diapositives bilingues 

Liens utiles sur les néophytes envahissantes

Vous trouverez ici une liste des offices, institutions, etc. actifs à différents niveaux (cantonal, national, international, etc.) dans le domaine des néophytes envahissantes.

Pour les contacts cantonaux et nationaux, voir aussi notre page Qui contacter 

 

Au niveau national
OFEV Page d'information de l'Office fédéral de l'environnement relative aux organismes envahissants
AGROSCOPE Les néophytes envahissantes n'ont pas de limites
CERCLE EXOTIQUE Le Cercle Exotique a été créé en 2019 pour succéder à l'AGIN et à la plate-forme des experts cantonaux en néobiota. L'objectif du Cercle Exotique est de soutenir les cantons dans leurs tâches au titre de l'ordonnance sur la dissémination dans le domaine des espèces exotiques envahissantes.
EFBS

Commission fédérale d'experts pour la sécurité biologique: Plantes exotiques envahissantes: détection précoce - réaction immédiate

GLOBE Association visant à améliorer la collaboration entre éduction et sciences naturelles : Néophytes envahissantes
SCEE Plateforme d'information énergie-environnement des cantons romands (Services cantonaux de l’énergie et de l’environnement): Plantes exotiques
WSL Des néophytes envahissantes présentes aussi en forêt? 
JARDIN SUISSE Thèmes spéciaux - Néophytes envahissantes
NEOPHYT.ch une page crée sur initiative privée avec de nombreuses images: www.neophyt.ch

Dans les cantons
Aargau Departement Gesundheit und Soziales, Chemie- & Biosicherheit: Neobiota
  Naturama: Neophyten in Naturschutzgebieten
Appenzell-Ausserrhoden Amt für Landwirtschaft, Abteilung Beratung und Pflanzenschutz; Fachstelle Pflanzenschutz/Problempflanzen: Invasive Neophyten
Appenzell-Innerrhoden Verwaltung, Dienstleistungen: Neophyten
Basel-Landschaft Bau und Umwelt, Sicherheitsinspektorat: Allgemeine Informationen zu Neobiota
Basel-Stadt Bau- und Verkehrsdepartement: Stadtgärtnerei > Invasive Neophyten
Bern Direction de l’économie, de l'énergie et de l'environnement, Laboratoire cantonal: Néophytes envahissantes
  Ville de Bern: Invasive Neophyten , Stadtgrün Bern
Freiburg Service de la nature et du paysage SNP: les néophytes dans le canton du Fribourg
Genève Territoire et environment > Nature: Page d’information sur les espèces exotiques envahissantes
Glarus Natur und Landschaftsschutz: Neophyten
  Naturzentrum Glarnerland: Invasive Neophyten
Graubünden Amt für Natur und Landschaft: Invasive Neophyten
Jura Office de l'environnement, Protection de la nature et du paysage: Espèces exotiques envahissantes
Luzern LAWA Luzern, Landwirtschaft und Wald: Problempflanzen
  ublu – Umweltberatung Luzern: Neophyten - Exotische Problempflanzen
Neuchâtel Service de la Nature: Espèces exotiques envahissantes (infos générales, cartographie, groupe de travail GRINE, etc.)
Nidwalden Fachstelle für Natur- und Landschaftsschutz: Neophyten-Bekämpfung
Obwalden Amt für Landwirtschaft und Umwelt: Invasive Neophyten
Schaffhausen Interkantonale Labor: Neophyten
Schwyz Amt für Umweltschutz, Neobioten: Invasiven Neophyten
Solothurn Amt für Landwirtschaft, Pflanzenbau (Bildungszentrum Wallierhof): Neophyten – Bekämpfung und Kontrolle
St. Gallen Informationen zu Natur, Jagd und Fischerei: Invasive Neophyten
Thurgau Amt für Umwelt, Anlagensicherheit und Neobiota: Neophyten
Ticino Organismi patogeni, invasivi o geneticamenta modificati: Gruppo di lavoro neobiota
  Sezione dell'agricoltura: Servizio fitosanitario
  Museo cantonale di storia naturale: Specie esotiche spontanee e invasive
Uri Amt für Umweltschutz: Neobiota
Valais Nature et paysage: Néophytes envahissantes (vs.ch)
Vaud Division biodiversité et paysage: Plantes exotiques envahissantes
Zug Amt für Umweltschutz: Neobiota-Neophyten
Zürich Amt für Abfall, Wasser, Energie und Luft: Invasive Neophyten
  Arten im Kanton Zürich melden: Das können Sie tun