Synthèse

Description de l'espèce

Plante pouvant atteindre 50 cm de hauteur, robuste, très ramifiée, verte à vert-jaunâtre. Diamètre de l’axe : épais, 1 - 2 mm. Entre-nœuds : 2 à 3 fois plus longs que les rameaux, les entre-nœuds du bas peuvent atteindre 12 cm tandis que ceux du haut de la plante sont souvent très courts. Cortication : absente. Acicules : absentes. Stipulodes : Aucun. Verticilles : constitués généralement de 6 à 8 rameaux. Rameaux (phylloïdes) : chaque rameau porte 2 à 4 rayons aux 1 – 2 premiers nœuds ; la dernière cellule, pouvant être caduque, des rameaux est courte et pointue. Les rameaux stériles sont longs (2 à 8 cm), étalés et lâches alors que les fertiles sont courts (< 1 cm) et très recourbés ou flexueux. Monoïque. Gamétanges : sessiles ou pédicellés, insérés à chaque nœud des rameaux et parfois à la base des verticilles ; jamais mucilagineux. Anthéridie : petite, diamètre 0,2 - 0,4 mm, solitaire. Oogone : groupées par 2 à 4, voire davantage, longueur 0,35 - 0,55 mm, largeur 0,30 - 0,50 mm. Oospore : brun à jaune-doré, ovoïde, longueur 0,30 - 0,40 mm, largeur 0,30 et 0,50 mm, 7 - 11 crêtes proéminentes, membrane externe finement verruqueuse (microscope), non spongieuse (ne change pas de couleur en séchant). Bulbilles : absentes.

Phénologie

Elle est annuelle vernale : elle peut germer dès l’automne avec la remise en eau des milieux temporaires et se développer fin d’hiver-début du printemps. En mai elle est pleinement fructifiée et disparaît généralement avant le début de l’été. Sporadique, l’espèce peut disparaître plusieurs années d’une station et réapparaître ensuite grâce à une longue viabilité de la banque d’oospores.

Confusion possible

Comme la plupart des characées, Tolypella intricata est variable par sa hauteur et les longueurs de ses entre-nœud et de ses rameaux. Elle peut être confondue avec Tolypella glomerata , seule espèce du genre actuellement connue en Suisse. Elle en diffère essentiellement par l’extrémité pointue de ses rameaux (vs arrondie-obtuse), son axe épais de 1 à 2 mm (vs < 1mm) et par la membrane de ses oospores finement verruqueuse (vs spongieuse).

Milieux et répartition suisse

Mentionnée à la fin du 19ème siècle dans le canton de Genève, l’espèce n’a depuis pas été observée, ni dans les stations anciennes ni à proximité de celles-ci.

Distribution générale

Subcosmopolite dispersée (Europe, Am. du N., Af. du N., Austr.).
.

Carte de distribution

Simple

Avant l'année pivot
Après l'année pivot
Avant et après l'année pivot

Avancée

Couleur des symboles
Observations validées
Observations en cours de validation
Occurrence provenant de l'Atlas Welten & Sutter (1982) et de ses suppléments (1984, 1994) sans observation dans la base de données Info Flora
Forme des symboles
Avant l'année pivot
Après l'année pivot
Indigène
Réintroduit
Introduit / naturalisé / subspontané / échappé
Incertain / douteux

Nombre d'observations

Moins d'observations que le seuil
Autant ou plus d'observations que le seuil

Nomenclature

Nom vernaculaire

Deutscher Name:
Verworrene Armleuchteralge
Nom français:
--
Nome italiano:
--

Statut

Statut national selon Liste Rouge 2012

Statut UICN:   Eteint régionalement

LC: Non menacé

Informations complémentaires

Critères UICN: --

  • Légende
    EXéteint au niveau mondial (Extinct)
    REéteint au niveau régional, resp. éteint en Suisse (Regionally Extinct)
    CR(PE)disparu, vraisemblablement éteint en Suisse (Critically Endangered, Probably Extinct)
    CRau bord de l’extinction (Critically Endangered)
    ENen danger (Endangered)
    VUvulnérable (Vulnerable)
    NTpotentiellement menacé (Near Threatened)
    LCnon menacé (Least Concern)

Liste des espèces menacées UICN (Walter & Gillett 1997)

Non

Statut selon la Liste des espèces prioritaires au niveau national

Priorité nationale 2 - Priorité nationale élevée
Nécessité de prendre des mesures 2 - Il est absolument nécessaire de prendre des mesures
Responsabilité internationale 1 - Faible
Nécessité de surveiller les populations 99 - Ne peut pas être évalué (actuellement)

Protection légale

Internationale (Convention de Berne) Non
Cantonale--
Suisse --

Écologie

L’espèce est une pionnière dont l’écologie reste à préciser. Elle colonise des habitats variés aux eaux fraîches, claires et alcalines (pH = 7 - 8,5) : fossés, ruisseaux, bras-morts, étangs, petits plans d’eau temporaires et lacs. Elle pousse ordinairement à de faibles profondeurs (0,15 < p < 0,2 (0,5) m) dans les secteurs soumis aux fluctuations de niveau d’eau mais a également été observée jusqu’à 15 m de profondeur.

Milieux

Milieux Phytosuisse (Prunier et al. 2017)

Espèces caractéristiques I.1.2.1 - Charion vulgaris

Milieux Delarze & al. 2015

PAS D'INFORMATION

Mesures

Menaces

Mesures de gestion

Disparition des habitats

Créer des mares, conserver ou restaurer les fossés.
Créer des réseaux écologiques. Les milieux qui sont proches d’autres écosystèmes aquatiques (lacs, rivières) ont une meilleure probabilité d’être colonisés que celles qui en sont éloignées.

Températures de l'eau élevées

Créer de petites zones ombragées dans les plans d’eau pour prévenir le réchauffement excessif de l'eau au printemps.
Lors de la création de mares, faire en sorte qu’elles soient partiellement abritées par un arbre ou un buisson.

Pénurie de milieux neufs et de stades pionniers

Creuser des mares temporaires qui s’assèchent durant l’été. L’alternance entre assèchement et mise en eau devrait assurer un auto-entretien des conditions pionnières (substrat nu).
Prévenir l’excès de croissance de plantes supérieures pérennes en induisant des perturbations (mécaniques ou broutage).
Entretenir les fossés par fauchage automnal d’une partie de la végétation.

Manque de connaissances

Améliorer les connaissances relatives à l’espèce.
Prospecter les sites nouvellement créés entre novembre et avril pour tenter de découvrir l’espèce.
Multiplier les prospections sur les plans d’eau et les mares sur plusieurs années.