Synthèse

Description de l'espèce

Plante de taille variable (5 à 30 (-60) cm de hauteur), grêle, vert clair et moyennement à fortement incrustée, souvent ramifiée. Diamètre de l’axe : (0,1) 0,18 - 0,25 mm. Entre-nœuds : 2 à 4 - 5 fois plus longs que les rameaux, donnant un aspect monoliforme caractéristique à la plante. Cortication : absente. Acicules : absentes. Stipulodes : Aucun. Verticilles : constitués généralement de 6 rameaux chacun. Rameaux (phylloïdes) : chaque rameau mesure moins de 1 cm et est divisé 2 à 3 (-5) fois ; les derniers dactyles sont pluricellulaires. Monoïque. Gamétanges : insérés à la 2ème et 3ème bifurcation des rameaux (jamais à la 1ère) ; sommet parfois mucilagineux. Anthéridie : solitaire, petite, diamètre inférieur à 0,2 mm, orange vif. Oogone : solitaire, longueur inférieure à 0,45 mm, largeur inférieure à 0,35 mm. Oospore : brun clair à brun-roux, aplatie dorso-ventralement, presque cylindrique vu de face, longueur et largeur comprise entre 0,18 et 0,3 mm, (5) 7 - 8 crêtes non ou légèrement saillantes, membrane externe réticulée (microscope). Bulbilles : absents.

Phénologie

Selon les conditions environnementales, elle est soit annuelle, soit pérenne. Elle peut produire un grand nombre d’oospores de juin à septembre.

Confusion possible

N. tenuissima fait partie des espèces de nitelles dont les derniers dactyles sont pluricellulaires (Arthrodactylae). Sa morphologie en chapelet peut conduire à la confondre avec N. hyalina. Cette dernière porte cependant une couronne de petits rameaux surnuméraires sous chacun de ses verticilles. Les petits individus de N. tenuissima peuvent être confondus avec N. confervacea alors que les grands individus peuvent l’être avec N. gracilis. Elle se distingue de ces deux espèces par l’absence de gamétanges sur la première bifurcation de ses rameaux et la membrane de ses oospores réticulée non spongieuse.

Milieux et répartition suisse

Cette espèce a été retrouvée en 2016 dans plusieurs stations de la rive sud du lac de Neuchâtel (Grande Cariçaie).
Elle a toujours eu une distribution limitée en Suisse et était autrefois présente dans la région du Greifensee (ZH) et du Nussbaumersee (TG) ainsi qu’au pied du Salève, dans la région franco-genevoise (F-74).

Distribution générale

Cosmopolite.
.

Carte de distribution

Simple

Avant l'année pivot
Après l'année pivot
Avant et après l'année pivot

Avancée

Couleur des symboles
Observations validées
Observations en cours de validation
Occurrence provenant de l'Atlas Welten & Sutter (1982) et de ses suppléments (1984, 1994) sans observation dans la base de données Info Flora
Forme des symboles
Avant l'année pivot
Après l'année pivot
Indigène
Réintroduit
Introduit / naturalisé / subspontané / échappé
Incertain / douteux

Nombre d'observations

Moins d'observations que le seuil
Autant ou plus d'observations que le seuil

Nomenclature

Nom vernaculaire

Deutscher Name:
Schirmförmige Glanzleuchteralge
Nom français:
--
Nome italiano:
--

Statut

Statut national selon Liste Rouge 2012

Statut UICN:   Au bord de l'extinction

LC: Non menacé

Informations complémentaires

Critères UICN: --

  • Légende
    EXéteint au niveau mondial (Extinct)
    REéteint au niveau régional, resp. éteint en Suisse (Regionally Extinct)
    CR(PE)disparu, vraisemblablement éteint en Suisse (Critically Endangered, Probably Extinct)
    CRau bord de l’extinction (Critically Endangered)
    ENen danger (Endangered)
    VUvulnérable (Vulnerable)
    NTpotentiellement menacé (Near Threatened)
    LCnon menacé (Least Concern)

Liste des espèces menacées UICN (Walter & Gillett 1997)

Non

Statut selon la Liste des espèces prioritaires au niveau national

Priorité nationale 2 - Priorité nationale élevée
Nécessité de prendre des mesures 2 - Il est absolument nécessaire de prendre des mesures
Responsabilité internationale 1 - Faible
Nécessité de surveiller les populations 2 - Surveillance nécessaire

Protection légale

Internationale (Convention de Berne) Non
Cantonale--
Suisse --

Écologie

L’espèce colonise des habitats variés : petits plans d’eau temporaires, gravières et beines lacustres, voire fossés à courant lent. On la trouve dans des eaux profondeurs diverses (0,2 < p < 2 (8) m), oligo- à mésotrophes, riches en calcium, alcalines (pH = 7 - 8,5) ; sur substrats sableux à limono-argileux.

Milieux

Milieux Phytosuisse (Prunier et al. 2017)

Espèces caractéristiques I.1.1.1.3 - Nitelletum syncarpae-tenuissimae

Milieux Delarze & al. 2015

Espèces caractéristiques 1.1.1 - Eau avec végétation immergée non vasculaire (Charion)

gras Espèces dominantes et influençant souvent la physionomie
Espèces caractéristiques Espèces caractéristiques
Espèce moins strictement inféodée Espèce moins strictement inféodée

Mesures

Menaces

Mesures de gestion

Disparition des habitats

Restaurer si possible les stations anciennes.
Conserver les milieux engendrés par l’extraction de matériaux de construction (sables, graviers, etc.).
Créer des plans d’eau en zone alluviale, en bordure des lacs et dans les marais.

Pénurie de milieux neufs et de stades pionniers

Rétablir la dynamique naturelle des cours d’eau, qui génère des milieux pionniers, en leur laissant plus d’espace.
Ouvrir et mettre à nu le substrat par élimination d’une partie de la végétation dense (hélophytes).
Plusieurs plans d’eau de différents stades d'atterrissement devraient être disponibles dans un secteur pour conserver l’ensemble des espèces. Un entretien régulier est indispensable, selon un modèle de rotation échelonné dans l'espace et dans le temps.

Eutrophisation des eaux

Préserver une bonne transparence des eaux et de faibles concentrations en nutriments (niveau oligotrophe à mésotrophe).
Empêcher les rejets d’eau chargée en nutriments.
Créer une zone tampon aussi large que possible autour des rives afin de limiter l’influence du ruissellement et des drainages agricoles.
Favoriser une agriculture extensive dans les bassins versants et à proximité des plans d’eau (politique agricole).

Manque de connaissances

Améliorer les connaissances relatives à la distribution de l’espèce et à son écologie.
Prospecter les plans d’eau pour permettre la découverte de nouvelles stations en Suisse, en particulier les sites nouvellement créés.

Disparition définitive

Réintroduire l’espèce dans les environs des localités où elle existait autrefois après restauration du milieu. Le transfert de sédiment d’une station connue contenant des oospores vers des milieux potentiellement favorables est une technique prometteuse.