Conservation ex situ & introduction

Recommandations pour la conservation ex situ et l'introduction de plantes menacées

 

Introduction au sujet

La mise en culture et la conservation de plantes sauvages menacées en dehors de leur milieu naturel (ex situ) représentent un moyen de prévenir l’extinction d’espèces. Selon la situation, les espèces multipliées ex situ peuvent être introduites à nouveau dans leur milieu naturel. Cette procédure ne doit cependant en aucun cas se substituer aux mesures de conservation des populations existantes dans la nature (in situ). Cependant, les mesures in situ, la conservation ex situ et l’introduction* sont souvent complémentaires.

La stratégie mondiale pour la conservation des plantes, GSPC, que la Suisse a ratifié dans le cadre de la Convention sur la diversité biologique, CBD, prévoit que 75% des espèces menacées soient conservées ex situ et que 20% d’entre elles restent disponibles pour des programmes d’introduction.

Soutenu par ces exigences légales et en raison de la situation concrète des espèces in situ, la conservation ex situ et l’introduction de plantes sauvages menacées dans leurs habitats naturels sont de plus en plus utilisées, cela également en Suisse depuis quelques années.

Les pages suivantes contiennent des conseils pratiques et des recommandations pour la récolte de graines dans les populations de plantes sauvages indigènes menacées de Suisse, leur conservation ex situ et leur introduction. Les recommandations sont basées sur les UICN Guidelines, (lignes directrices UICN), sur la législation suisse, sur les conclusions du congrès traitant de cette thématique qui s’est tenu à Berne en 2015, sur la littérature et les expériences de la pratique.

Dans l’élaboration des recommandations, des experts des Conservatoire et Jardin botaniques de la Ville de Genève (CJB), de l’Institute of Plant Sciences (IPS) de l’université de Berne ainsi que d’Info Flora se sont particulièrement impliqués.

 

*Introduction : ce terme réunit les renforcements de populations existantes, la réintroduction de populations dans leur aire de répartition historique et la nouvelle introduction hors de l’aire de répartition historique.