Listes Rouges

Les Listes Rouges, établies au niveau mondial, national et régional, ont toutes comme objectif de montrer l'actuel statut de menace d'une espèce et elles doivent de ce fait être régulièrement actualisées. Elles sont un outil indispensable pour les différents acteurs de la protection de l'environnement; parallèlement aux lois et ordonnances, elles permettent aux instances concernées de prendre les décisions appropriées.

Liste Rouge nationale 2016

La Liste rouge nationale des plantes vasculaires de Suisse a été révisée par Info Flora selon les directives de l’UICN et sur mandat de l'OFEV. Elle remplace ainsi la Liste rouge 2002. Sur les 2613 taxons évalués, 725 (28%) sont menacés ou ont disparu. 55 taxons sont considérés comme éteints ou disparus. Parmi les 670 taxons menacés, 111 sont au bord de l’extinction (CR), 197 en danger (EN) et 362 vulnérables (VU). Enfin, 415 taxons (16%) sont considérés comme potentiellement menacés (NT).

Les espèces menacées se rencontrent dans tous les milieux naturels. Leur proportion est particulièrement élevée dans les eaux libres, les rivages et marais, les prairies sèches de basse altitude, ainsi que dans les champs et les vignes. Elle est la plus faible dans les forêts, les milieux alpins et les prairies grasses. Ceci montre clairement que la régression des espèces est surtout due à la disparition des milieux naturels, respectivement à la diminution de la qualité des milieux naturels, dont les causes principales sont l’intensification ou l’abandon de l’exploitation dans l’agriculture, l’urbanisation continue et la perte de la dynamique des milieux. Le maintien de beaucoup d’espèces et de populations dépend aujourd’hui de mesures de protection de la nature, en particulier dans la protection des biotopes (zones protégées et réseaux), voire de programmes spécifiques de conservation des espèces.

La présente révision de la Liste rouge remplace la Liste publiée en 2002. Cette dernière avait aussi été élaborée selon les principes de l’UICN, mais elle ne bénéficiait pas de l’important volume de données quantitatives ni des résultats des recherches ciblées sur le terrain. Contrairement à 2002, seules des évaluations au plan national, et non au niveau des régions biogéographiques, ont été effectuées.

Par rapport à 2002, les proportions des diverses catégories de menace n’ont que peu changé. La part d’espèces menacées a certes quelque peu diminué aujourd’hui, mais le Red List Index – qui exprime l’ensemble de la situation de menace – montre une tendance négative. L’augmentation du nombre d’espèces éteintes et la forte augmentation du nombre d’espèces potentiellement menacées expliquent cette détérioration globale. Près de 20% des espèces ont subi un changement de statut de menace, parmi lesquelles beaucoup sont passées de CR à EN ou de EN à VU. Ceci ne signifie pourtant pas une diminution de la menace, mais seulement un ralentissement dans la dégradation de leur situation. On ne peut conclure en aucun cas à une amélioration de la situation de menace des plantes vasculaires. Pour la plupart des taxons déjà menacés en 2002, ainsi que pour une cinquantaine d’autres, la tendance négative n’a pas pu être enrayée et ils restent menacés. La réalisation de mesures de protection de la nature et de conservation des espèces reste urgente.

 

Liste Rouge régionale 2019

Cette liste fournit les statuts de menace de toutes les plantes vasculaires indigènes dans les six régions biogéographiques de la Suisse (Jura, Plateau, versant nord des Alpes, Alpes centrales occidentales, Alpes centrales orientales, versant sud des Alpes). Elle est pour le moment disponible au format Excel (la publication au format PDF n’est pas encore disponible pour le moment, contrairement à ce qui a été annoncé). Dans les fiches espèces de notre site web, les statuts de menaces au niveau régional sont aussi visibles sous la rubrique "Statut".

Déjà dans les Listes Rouges de 1991 (Landolt 1991) et 2002 (Moser et al. 2002), une évaluation du statut de menace au niveau régional était fournie en plus de l'évaluation au niveau national. Dans la pratique de la conservation de la nature, ces évaluations régionales de la menace sont établies et utilisées régulièrement. Une évaluation régionale est également judicieuse du point de vue de la conservation de la nature, car des tendances négatives apparaissent habituellement d’abord dans les régions, souvent bien avant que ces tendances ne se manifestent également au niveau national. La Liste Rouge actuelle (Bornand et al. 2016) ne fournit cependant pas de statuts régionaux. Cette nouvelle Liste Rouge régionale apporte donc un complément important pour la pratique de conservation de la nature.

La Liste Rouge régionale doit toujours être utilisée en complément à la Liste Rouge nationale. Les espèces menacées au niveau régional sont des indicateurs importants et utiles de la qualité et de la valeur des habitats. L’instrument «Liste Rouge régionale» reste donc une base essentielle pour les évaluations, les expertises, les mesures de protection, les plans de gestion, etc. L’évaluation des menaces au niveau national devrait toujours avoir plus de poids que les évaluations régionales.

La Liste Rouge régionale considère les mêmes taxons que la Liste Rouge nationale. L'approche méthodologique suit les lignes directrices de l'UICN. Le nombre de taxons classés par région varie entre 1654 et 1951, en fonction de la richesse spécifique de la région concernée. Les nombres (et proportions) d'espèces menacées (statuts CR, EN, VU) dans les six régions sont les suivants:

  • Jura JU: 551 (34%)
  • Plateau MP: 702 (44%)
  • Versant nord des Alpes NA: 532 (27%)
  • Alpes centr. occ. WA: 506 (27%)
  • Alpes centr. orient. EA: 389 (24%)
  • Versant sud des Alpes SA: 613 (32%)

Par rapport à la Liste Rouge nationale, la proportion d’espèces menacées par région augmente d’un tiers (versant nord des Alpes) à presque deux tiers (Plateau). Si on considère aussi les espèces potentiellement menacées (statut NT), la proportion d’espèces dépasse même la moitié des taxons présents dans deux régions, le Plateau (61%) et le Jura (51,4%). La vue d’ensemble montre que la perte d’habitats et le déclin des espèces qui l’accompagne sont particulièrement prononcés sur le Plateau et le versant sud des Alpes.

 

Participez à la prochaine Liste Rouge

L'estimation du statut de menace pour les 2613 plantes indigènes de la flore suisse n'a été possible que grâce au soutien de centaines de botanistes bénévoles. Rechercher des stations anciennes, surveiller les stations connues et alerter en cas de menace, ou prospecter de nouvelles stations potentielles: autant d'actions utiles à la conservation de la flore Suisse. Pour aider, participez au projet Mission Flora.